Intello-Bullying

A topic which I’ll revisit, to be sure. But while I’m at it…
I tend to react rather strongly to a behaviour which I consider the intellectual equivalent of schoolyard bullying.
Notice that I don’t claim to be above this kind of behaviour. I’m not. In fact, one reason for my blogging this is that I have given some thought to my typical anti-bullying reaction. Not that I feel bad about it. But I do wonder if it might not be a good idea to adopt a variety of mechanisms to respond to bullying, in conjunction with my more “gut response” knee-jerk reactions and habits.
Notice also that i’m not describing individual bullies. I’m not complaining about persons. I’m thinking about behaviour. Granted, certain behaviours are typically associated with certain people and bullying is no exception. But instead of blaming, I’d like to assess, at least as a step in a given direction. What can I do? I’m an ethnographer.
Like schoolyardb bullying, intello-bullying is based on a perceived strength used to exploit and/or harm those who perceived as weaker. Like physical strength, the perception of “intellectual strength” on which intello-bullying is based needs not have any objective validity. We’re in subjectivity territory, here. And subjects perceive in patterned but often obscure ways. Those who think of themselves as “strong” in intellectual as well as physical senses, are sometimes the people who are insecure as to their overall strengths and weaknesses.
Unlike schoolyard bullying, intello-bullying can be, and often is, originated by otherwise reasonably mature people. In fact, some of the most agressive intello-bullying comes from well-respected “career intellectuals” who “should know better.” Come to think of it, this type of bullying is probably the one I personally find the most problematic. But, again, I’m not talking about bullies. I’m not describing people. I’m talking about behaviour. And implications if behaviour.
My personal reactions may come from remnants of my impostor syndrome. Or maybe they come from a non-exclusive sense of self-worth that I found lying around in my life, as I was getting my happiness back. As much I try, I can’t help but feel that intello-bullying is a sign of intellectual self-absorption, which eventually link to weakness. Sorry, folks, but it seems to me that if you feel the need, even temporarily, to impose your intellectual strength on those you perceive as intellectually weak, I’ll assume you may “have issues to solve.” in fact, I react the same way when I perceive my own behaviour as tantamount to bullying. It’s the behaviour I have issues with. Not the person.
And this is the basis of my knee-jerks: when I witness bullying, I turn into a bully’s bully. Yeah, pretty dangerous. And quite unexpected for a lifelong pacifist like yours truly. But, at least I can talk and think about it. Unapologetically.
You know, this isn’t something I started doing yesterday. In fact, it may be part of a long-standing mission of mine. Half-implicit at first. Currently “assumed,” assessed, acknowledged. Accepted.
Before you blame me for the appearance of an “avenger complex” in this description, please give some more thought to bullying in general. My hunch is that many of you will admit that you value the existence of anti-bullies in schoolyards or in other contexts. You may prefer it if cases of bullying are solved through other means (sanction by school officials or by parents, creation of safe zones…). But I’d be somewhat surprised if your thoughts about anti-bullying prevention left no room for non-violent but strength-based control by peers. If it is the case, I’d be very interested in your comments on the issue. After all, I may be victim of some idiosyncratic notion of justice which you find inappropriate. I’m always willing to relativize.
Bear in mind that I’m not talking about retaliation. Though it may sound like it, this is no “eye for an eye” rule. Nor is it “present the left cheek.” it’s more like crowd control. Or this form of “non-abusive” technique used by occupational therapists and others while helping patients/clients who are “disorganizing.” Basically, I’m talking about responding to (intello-)bullying with calm but some strength being asserted. In the case of “fighting with words,” in my case, it may sound smug and even a bit dismissive. But it’s a localized smugness which I have a hard time finding unhealthy.
In a sense, I hope I’m talking about “taking the high road.” With a bit of self-centredness which has altruistic goals. “”I’ll act as if I were stronger than you, because you used your perceived strength to dominate somebody else. I don’t have anything against you but I feel you should be put in your place. Don’t make me go to the next step through which I can make you weep.”
At this point, I’m thinking martial arts. I don’t practise any martial art but, as an outsider, I get the impression this thinking goes well with some martial arts. Maybe judo, which allegedly relies on using your opponent’s strength. Or Tae Kwon Do, which always sounded “assertive yet peaceful” when described by practitioners.
The corrolary of all this is my attitude toward those who perceive themselves as weak. I have this strong tendency to want them to feel stronger. Both out of this idiosyncratic atttude toward justice and because of my compulsive empathy. So, when someone says something like “I’m not that smart” or “I don’t have anything to contribute,” I switch to the “nurturing mode” that I may occasionally use in class or with children. I mean not to patronize, though it probably sounds paternalistic to outside observers. It’s just a reaction I have. I don’t even think its consequences are that negative in most contexts.
Academic contexts are full of cases of intello-bullying. Classrooms, conferences, outings… Put a group of academics in a room and unless there’s a strong sense of community (Turner would say “communitas”), intello-bullying is likely to occur. At the very least, you may witness posturing, which I consider a mild form of bullying. It can be as subtle as a tricky question ask to someone who is unlikely to provide a face-saving answer and it can be as aggressive as questioning someone’s inteligence directly or claiming to have gone much beyond what somebody else has said.
In my mind, the most extreme context for this type of bullying is the classroom and it involves a teacher bullying a learner. Bullying between isn’t much better but, as a teacher, I’m even more troubled by the imposong authority structure based on status.

I put “cyber-bullying” as a tag because, in my mind, cyber-bullying (like trolling, flamebaiting and other agressive behaviours online) is a form of intello-bullying. It’s using a perceived “intellectual strength” to dominate. It’s very close to schoolyard bullying but because it may not rely on a display of physical strength, I tend to associate it with mind-based behaviour.
As I think about these issues, I keep thinking of snarky comments. Contrary to physical attacks, snarks necessitate a certain state of mind to be effective. They need to tap on some insecurity, some self-perceived weakness in the victim. But they can be quite dangerous in the right context.
As I write this, I think about my own snarky comments. Typically, they either come after some escalation or they will be as indefinite as possible. But they can be extremely insulting if they’re internalized by some people.
Two come from a fairly known tease/snark. Namely

If you’re so smart, why ain’t you rich?

(With several variants.)

I can provide several satisfactory answers to what is ostensibly a question. But, as much as I try, I can’t relate to the sentiment behind this rhetorical utterance, regardless of immediate context (but regardful of the broader social context). This may have to do with the fact that “getting rich” really isn’t my goal in life. Not only do I agree with the statement that “money can’t buy happiness” and do I care more about happiness than more easily measurable forms of success, but my high empathy levels do include a concept of egalitarianism and solidarity which makes this emphasis on wealth sound counter-productive.

Probably because of my personal reactions to that snark, I have created at least two counter-snarks. My latest one, and the one which may best represent my perspective, is the following:

If you’re so smart, why ain’t you happy?

With direct reference to the original “wealth and intelligence” snark, I wish to bring attention to what I perceive to be a more appropriate goal in life (because it’s my own goal): pursuit of happiness. What I like about this “rhetorical question” is that it’s fairly ambiguous yet has some of the same effects as the “don’t think about pink elephants” illocutionary act. As a rhetorical question, it needs not be face-threatening. Because the “why aren’t you happy?” question can stand on its own, the intelligence premise “dangles.” And, more importantly, it represents one of my responses to what I perceive as a tendency (or attitude and “phase”) associating happiness with lack of intelligence. The whole “ignorance is bliss” and «imbécile heureux» perspective. Voltaire’s Candide and (failed) attempts to discredit Rousseau. Uses of “touchy-feely” and “warm and fuzzy” as insults. In short, the very attitude which makes most effectively tricks out intellectuals in the “pursuit of happiness.”

I posted my own snarky comment on micro-blogs and other social networks. A friend replied rather negatively. Though I can understand my friend’s issues with my snark, I also care rather deeply about delinking intelligence and depression.

A previous snark of mine was much more insulting. In fact, I would never ever use it with any individual, because I abhor insulting others. Especially about their intelligence. But it does sound to me like an efficient way to unpack the original snark. Pretty obvious and rather “nasty”:

If you’re so rich, why ain’t you smart?

Again, I wouldn’t utter this to anyone. I did post it through social media. But, like the abovementioned snark on happiness, it wasn’t aimed at any specific person. Though I find it overly insulting, I do like its “counterstrike” power in witticism wars.

As announced through the “placeholder” tag and in the prefacing statement (or disclaimer), this post is but a draft. I’ll revisit this whole issue on several occasions and it’s probably better that I leave this post alone. Most of it was written while riding the bus from Ottawa to Montreal (through the WordPress editor available on the App Store). Though I’ve added a few things which weren’t in this post when I arrived in Montreal (e.g., a link to NAPPI training), I should probably leave this as a “bus ride post.”

I won’t even proofread this post.

RERO!

About enkerli

French-speaking ethnographer, homeroaster, anthropologist, musician, coffee enthusiast. View all posts by enkerli

7 responses to “Intello-Bullying

  • Confessions of a Blogwriter « Disparate

    […] Alexandre on Bilingual Ottawa bilingueo.w. on Bilingual Ottawa bilingueAlexandre on Intello-Bullyingpaul2canada on Intello-Bullyingenkerli on […]

  • Alexandre

    @Paul C’est une approche parmi d’autres. On revient à certains thèmes déjà abordés dans d’autres contextes. J’aime pas nécessairement complexifier les choses outre mesure et j’aime bien travailler de façon fluide et organique. Mais ça peut être intéressant de décrire la complexité de la situation.

  • paul2canada

    Je trouve que les choses peuvent être relativement simple si je les complexifie pas inutilement dans mon esprit. Un peu d’empathie, une relecture comme si j’étais l’interlocuteur et je corrige ce qui peut-être désagréable sans apporter un plus à ma communication. Ça semble si simple à dire mais dans la réalité ça parait plutôt difficile en regardant les communications francophones un peu animées où les égocentrismes s’opposent. J’essaye de prendre cela avec humour et je passe à autre chose de plus agréable. Voilà le mental en action.

    Bonne continuation.

  • enkerli

    @Paul Mon but n’est pas de faire du brainstorming. Du moins, pas ici. Parce que, d’après moi, le brainstorming exige un contexte très spécifique. Pas nécessairement des règles mais une certaine structure qui permet de tirer parti des commentaires émis. Une des raisons qu’un blogue comme le mien est peu approprié pour ce genre de situation c’est que n’importe qui peut venir commenté et qu’il n’y a aucune structure temporelle. Faire du brainstorming sur un blogue, si ça ne dégénère pas immédiatement en débat stérile, ça n’en est pas plus une méthode d’échange d’idées.
    Ce dont je parlais, c’était surtout l’expression d’une idée sur la balance idéale entre mes billets et les discussions qu’il peut y avoir dans les commentaires. Je tiens fermement à maintenir ma méthode de bloguage telle quelle, pour ce qui est de «penser en écrivant». J’ai besoin de cette structure. J’aime beaucoup recevoir des commentaires les plus diversifiés possibles et je suis très fier du fait que les commentaires sur ce blogue-ci sont, pour la quasi-totalité, courtois et utiles. Mais je me dois d’écrire individuellement. Je souhaite ardemment exprimer certaines idées à ma façon, sans me faire reprendre à chaque phrase. J’utilise d’ailleurs mes blogues pour jouer avec des idées plus que pour les diffuser ou recueillir des commentaires. Mais je devrais peut-être utiliser l’existence de commentaire comme un façon d’«échelonner» (“to pace”) le processus d’écriture.

    Pour la question des tangentes, je sais que tu fais référence à ce que j’ai associé à du cabotinage. Le contexte était très particulier. J’ai aucun problème avec les tangentes. Mais je cherche parfois à faire certaines choses et peu ressentir une très légère frustration quand mes tentatives semblent échouer.

    Ce que tu dis sur l’intimidation me fait penser de nouveau à ce fameux «syndrome de l’imposteur» dont je suis désormais convaincu de m’être débarrassé. La clé, pour moi, ç’a été de comprendre que les vrais imposteurs ne se posent pas la question de savoir s’ils sont ou non des imposteurs. Ils se savent imposteurs. Donc, si je me posais si souvent cette question, c’était bien qu’il se cachait autre chose. Ça semble tout simple, mais ça va jouer très profond, surtout dans certains milieux comme celui des artistes, celui des femmes de carrière ou le monde académique.

    Et pour ce qui est de l’intimidation involontaire et du peu de problème que ça cause, faut bien comprendre que j’accorde énormément d’importance aux effets potentiellement négatifs que je peux avoir sur les autres. Étant très altrocentrique, j’ai souvent peur de choquer, de blesser, de faire peur, de déplaire, de décevoir. J’exècre faire du tort, même par accident. En enseignement, ça entre dans une dynamique très particulière, cette peur «viscérale» de causer préjudice aux autres. Dans d’autres rapports humains, ça peut aussi être un problème. Pour revenir à ces chiens philanthropes, si tu te dis qu’ils dépendent du plaisir qu’ils apportent aux humains en général, tu peux facilement comprendre que la crainte qu’ils causent, même involontairement, peut être la source d’un tourment profond. Ça peut sembler simple de l’extérieur. Mais, dans le «vécu», c’est pas si évident qu’on pourrait le croire.

  • paul2canada

    J’ai répondu encore un peu à côté du thème central car je suis assez d’accord avec ton article et je n’ai pas grand chose de neuf à ajouter.

    Au point que je devrais probablement me concentrer sur les commentaires au lieu de l’écriture de billets.

    Pour un ‘brainstorming’ il est conseillé de laisser le débat ouvert au départ. Maintenant si les gens font comme moi répondre plus ou moins évasivement ça va. ça ne limite pas arbitrairement la discussion. En fait je répond un peu à plusieurs thèmes à la fois.

    L’analogie avec le jeune chien est intéressante.
    Si on ne pratique pas volontairement cette intimidation intellectuelle, je ne vois pas trop le problème. L’humour aide à détendre l’atmosphère. Par contre, ça m’a pris assez de temps pour m’émanciper des intimidations intellectuels de philosophe et autres intellectuels ayant un vocabulaire très savant qui parfois dissimule un raisonnement erroné mélangé à de multiples références. Avec les intellectuels snobs et arrogants, il m’arrive d’utiliser la plaisanterie pour m’amuser et montrer que leur intimidation ne marche pas avec moi. Maintenant il faut savoir bien gérer les égos de ces personnes là qui malgré leur grande assurance affichée peuvent sur-réagir à une simple réfutation argumentée.

    Pour les réactions, je pense qu’il y en aurai davantage actuellement si on parlait de crise financière ou de politique.

  • enkerli

    @Paul
    Ça peut sembler un truisme mais les commentaires m’aident souvent à penser. En fait, ils canalisent souvent ma pensée. Au point que je devrais probablement me concentrer sur les commentaires au lieu de l’écriture de billets.
    Dans ce cas-ci, ça me permet de mieux «encapsuler» une série d’idées. On semble revenir à certains sujets qui ont été discutés au cours des derniers mois. Mon billet avait d’autres cibles mais c’est probablement une réflexion par «couches de sens» (“layering”).

    Pour les arts martiaux, est-ce qu’il y a une analogie qui tiendrait? N’en pratiquant aucun, j’ai de la difficulté à préciser l’analogie.

    Pour la communication «assertive», c’est un thème que j’ai visité à quelques reprises depuis un atelier d’enseignement sur le sujet (au printemps 2005). D’ailleurs, le terme “assertive” me semble plus approprié que les équivalents en français. Pas que le concept ne se traduit pas. Mais le terme est bien utile.
    L’atelier en question m’a été particulièrement utile. La découverte que j’y ai faite a été un élément déclencheur dans un parcours personnel important. Pour simplifier, c’est à lier au fait que je suis plutôt «assertif» mais que j’adopte parfois une attitude passive par peur d’être perçu comme agressif. Oui, c’est un peu bébête. Mais ç’a été quelque-chose de très fort pour moi. Surtout dans l’enseignement mais aussi dans ma vie personnelle. L’idée, c’est que je peux paraît-il être intimidant, dans certains contextes. Comme je ne me sens absolument pas intimidant mais que je remarque (même inconsciemment) que les gens peuvent parfois me trouver intimidant, j’adopte souvent des stratégies pour paraître le moins intimidant possible. Récemment, une amie m’a fait comprendre une dimension importante de cette dynamique par référence à de jeunes chiens qui adorent les humains mais qui font peur aux enfants. Ces enfants ont peur à cause de leurs propres histoires de vie ou de l’attitude de leurs parents, pas parce que ces chiens sont «méchants». Selon mon amie, si ces chiens comprenaient que les enfants ont peur d’eux, ils se morfondraient.
    J’ai beau adorer les chats, je suis un peu comme ce genre de chien.

    Bon, pour revenir à nos moutons (et compléter la ménagerie)…
    Je pensais pas exactement à l’agressivité verbale telle qu’on l’entend généralement mais je pensais à l’«usage abusif de la force» intellectuelle. Mon propos, qui est sans doute facile à comprendre, est du «attaque-toi à quelqu’un de ta taille». Mais ça me fait penser à toutes sortes de choses que je considère très profondes et, en fait, très importantes.
    J’imagine qu’elles devront attendre une autre séance de bloguage et d’autres commentaires. Comme d’hab’: RERO!

    Ah oui, pour l’eudémonisme… Je suis bien au courant de la distinction entre eudémonisme et hédonisme au niveau «technique». J’utilise plus volontiers «hédonisme» pour diverses raisons. L’ai pas utilisé dans ce billet, mais je pensais à un aspect ludique (“playfulness”) à la Huizinga qui me revient très régulièrement à l’esprit et qui a un rapport assez direct avec un certain hédonisme. Je décris (pour simplifier) la perspective ludique de Huizinga que le sérieux est une absence de jeu alors que le jeu n’est aucunement une absence de sérieux. À mon sens, cette perspective est intégrée à une quête du plaisir qui, elle, est une stratégie dans la quête du bonheur. Si j’ai utilisé “pursuit of happiness” dans mon billet, c’est surtout par référence à une vision du monde commune aux États-Unis sur un «droit inaliénable» inscrit dans la Déclaration d’indépendance. Par extension, j’ai l’impression que mon usage de ce syntagme a un peu l’effet de mettre en évidence la distinction possible entre bonheur et succès. Mon «impression sauvage» est que beaucoup de gens aux États-Unis ont tendance à se concentrer sur le succès, qui est souvent mesuré par des critères financiers, alors que leur but souvent explicite est plutôt le bonheur. C’est peut-être même un affrontement entre visions darwinienne, chrétienne et philosophiques de l’existence humaine. Je peux me mettre le doigt dans l’œil mais il me semble avoir rarement entendu des discussions sur la «raison de vivre», aux États-Unis, alors que ce genre de réflexion (avec des habitudes de pensées pataphysique, phénoménologique, métaphysique et existentialiste) a occupé une énorme place dans ma vie depuis l’âge de quatorze ans.

    En écrivant ce billet, je me faisais la remarque que c’est probablement le billet le plus personnel que j’ai écrit en anglais. J’avais pas un «auditoire» si précis en tête mais j’avais probablement envie d’exposer à des gens qui ne comprennent pas le français certains pans de ma vie qui semblent assez visibles du côté francophone.
    On va bien voir si ç’a un quelconque effet de ce côté.

  • paul2canada

    Bonjour Alexandre,
    Mon anglais n’est pas excellent mais j’ai compris ta problématique pour l’avoir vécu. D’ailleurs je suis toujours dedans.😀

    Je t’avais indiqué un livre de communication efficace. Avec une pratique étalée sur 6 ans, j’ai pu mesurer la diminution des réactions négatives avec une communication plus assertive (Je) qui est à équidistance de la communication agressive et passive mais il faut aussi muscler son mental. En effet, on évite pas tout et il ne faut pas toujours fuir ou ignorer. L’intimidation est aussi naturel et répandu chez les animaux qui cherchent à éviter un combat inutile avec des cris et des gestes. Il faut comprendre ces codes complexes chez les differentes sociétés humaines. Le “réglage” s’améliore avec ses expériences par essais erreurs. Ce réglage dépend du message qu’on veut transmettre, de la situation, de son statut dans le contexte donné et de la sensibilité et culture de la personne en face qui percevra différemment un même propos.
    Le mental c’est ce qui dit à quoi son intellect doit réfléchir et répondre. Une sorte de superviseur qui gère aussi ses émotions positives et négatives. La lecture sur L’intelligence émotionnelle de Daniel Goleman il y a 6 ans m’a ouvert les yeux. Je pense qu’on a des chances de devenir un philosophe ou psychologue pertinent quand on a vécu des situations très variables et ainsi vu un spectre large de réactions humaines pour bâtir une “théorie” qui repose sur une base large.

    L’Eudémonisme est la doctrine philosophique qui prend le bonheur comme Le but de la vie humaine, là ou l’hédonisme vise le plaisir.

    Pour l’art martial, j’ai pratiqué dans le passé le judo et le Tae Kwon Do. Aujourd’hui je pratique un peu le Tai Chi avec le contrôle de la respiration.

    Voilà. Je suis heureux de répondre sur ce sujet et d’être en contact avec une personne si sensible et intelligente.😉

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: