Category Archives: douceur de vivre

Happiness Anniversary

HappyTweet

A year ago today, I found out that I was, in fact, happy.

Continue reading


Crazy App Idea: Happy Meter

I keep getting ideas for apps I’d like to see on Apple’s App Store for iPod touch and iPhone. This one may sound a bit weird but I think it could be fun. An app where you can record your mood and optionally broadcast it to friends. It could become rather sophisticated, actually. And I think it can have interesting consequences.

The idea mostly comes from Philippe Lemay, a psychologist friend of mine and fellow PDA fan. Haven’t talked to him in a while but I was just thinking about something he did, a number of years ago (in the mid-1990s). As part of an academic project, Philippe helped develop a PDA-based research program whereby subjects would record different things about their state of mind at intervals during the day. Apart from the neatness of the data gathering technique, this whole concept stayed with me. As a non-psychologist, I personally get the strong impression that recording your moods frequently during the day can actually be a very useful thing to do in terms of mental health.

And I really like the PDA angle. Since I think of the App Store as transforming Apple’s touch devices into full-fledged PDAs, the connection is rather strong between Philippe’s work at that time and the current state of App Store development.

Since that project of Philippe’s, a number of things have been going on which might help refine the “happy meter” concept.

One is that “lifecasting” became rather big, especially among certain groups of Netizens (typically younger people, but also many members of geek culture). Though the lifecasting concept applies mostly to video streams, there are connections with many other trends in online culture. The connection with vidcasting specifically (and podcasting generally) is rather obvious. But there are other connections. For instance, with mo-, photo-, or microblogging. Or even with all the “mood” apps on Facebook.

Speaking of Facebook as a platform, I think it meshes especially well with touch devices.

So, “happy meter” could be part of a broader app which does other things: updating Facebook status, posting tweets, broadcasting location, sending personal blogposts, listing scores in a Brain Age type game, etc.

Yet I think the “happy meter” could be useful on its own, as a way to track your own mood. “Turns out, my mood was improving pretty quickly on that day.” “Sounds like I didn’t let things affect me too much despite all sorts of things I was going through.”

As a mood-tracker, the “happy meter” should be extremely efficient. Because it’s easy, I’m thinking of sliders. One main slider for general mood and different sliders for different moods and emotions. It would also be possible to extend the “entry form” on occasion, when the user wants to record more data about their mental state.

Of course, everything would be save automatically and “sent to the cloud” on occasion. There could be a way to selectively broadcast some slider values. The app could conceivably send reminders to the user to update their mood at regular intervals. It could even serve as a “break reminder” feature. Though there are limitations on OSX iPhone in terms of interapplication communication, it’d be even neater if the app were able to record other things happening on the touch device at the same time, such as music which is playing or some apps which have been used.

Now, very obviously, there are lots of privacy issues involved. But what social networking services have taught us is that users can have pretty sophisticated notions of privacy management, if they’re given the chance. For instance, adept Facebook users may seem to indiscrimately post just about everything about themselves but are often very clear about what they want to “let out,” in context. So, clearly, every type of broadcasting should be controlled by the user. No opt-out here.

I know this all sounds crazy. And it all might be a very bad idea. But the thing about letting my mind wander is that it helps me remain happy.


Une personne extraordinaire

Vraiment, je suis amoureux d’elle.


Confessions d’un papillon social

Tiens, tiens! C’est pas mal, ça… Ça fait plusieurs fois que j’utilise la formule «Confessions d’un {désignation personnelle}», par référence détournée à Rousseau. Amusant de voir que, cette fois-ci, le lien entre «promeneur solitaire» et «papillon social» est même orthographique… 😉

C’est aussi la première fois que je fais un billet aussi personnel. Quasi-introspectif. Et même pseudo-catholique.

Fiou!

Oui, je l’avoue, l’admet, le confesse et le proclame: j’aime les gens. Tout simplement. Tout court.

Pas «j’aime les gens qui me ressemblent». Pas «j’aime les gens de qualité». J’aime les gens. Tous. Les êtres humains. Les membres de mon espèce. Sans raison spécifique.

Ils font de tout, les gens, du plus vil au plus beau, du plus laid au plus louable. Mais ils sont surtout très intéressants, les gens.

Me sens «humaniste» dans un sens très précis: amoureux de la nature humaine. Me fait surtout traiter de «papillon social», y compris par mes proches. Quelqu’un qui passe d’une personne à l’autre comme un papillon qui butine de fleur en fleur. C’est surtout utilisé en anglais, mais des Francophones parlent aussi de papillonnage dans un sens assez proche.

C’est assez réaliste, comme désignation. J’eus toutefois tendance à prendre ça comme un reproche. Surtout quand certains observent ma tendance à passer d’une personne à l’autre lors de rencontres publiques. Ça rend “self-unconscious”. Après tout, il y a cette idée que le papillon social est un être fat, qu’il est motivé par un désir de gloire, qu’il n’est pas loyal… «Papillonnage» est même plus connoté et me ressemble moins puisqu’il touche à la promiscuité, qui n’a jamais été mon truc.

Donc, «papillon social», c’est pas une étiquette facile à porter. Mais désormais, je m’assume en tant que papillon social. Oui, j’en suis fier.

D’après moi, les papillons sociaux ont la possibilité d’avoir des effets intéressants, sur les gens et sur la société. Pas exactement un pouvoir d’influence. Mais plutôt le pouvoir d’un grain de sable dans l’engrenage. Les choses changent, les papillons sociaux participent au changement. Simplement en étant eux-mêmes. Les papillons sociaux ont aussi la possibilité d’unir les gens. Je me sens donc très confortable dans mon rôle de papillon social. Je ne suis pas sélectif dans mes amitiés mais j’accorde beaucoup d’importance à mes amis. Certains sont très proches de moi. D’autres sont plutôt des connaissances. Mais tous ont de l’importance pour moi.

Va pour le côté «social» de mon caractère social. Il y a une part plus intime.

M’allonge sur un divan modèle psychanalytique, tendance Freud et non Jung. Presque Woody Allen comme scène. Et les mots résonnent avec la force du lieu commun: «ça date de mon enfance».

Si si! De ma plus tendre enfance. Mes parents avaient de nombreux amis. Ma mère, surtout. Et ils m’ont emmené avec eux dans toutes sortes de soirées. Souvent, j’étais le seul enfant entouré de nombreux adultes. Parfois, j’étais le centre de l’attention. Toujours, j’avais du plaisir. Du moins, si mon souvenir est bon.

Faut comprendre la chose. Notre vie familiale a toujours été basée sur l’amitié. La maison de ma mère a souvent été le lieu de rencontres impromptues. Nous avions une terrasse sur laquelle nous passions de longues heures à bavarder, avec des amis. Parfois, nous chantions, nous accompagnant à la guitare. Souvent, nous réinventions le monde. Nos références étaient souvent européennes et francophones, étant donné notre lien avec la Suisse Romande et avec la France. Nous mangions, buvions, savourions la vie.

Il y avait un côté européen à la chose. Et mondain. Et intello. Par contre, rien de très bourgeois. Pas de notion d’exclusion. Beaucoup de franchise. Bref, comme une version post-hippie des salons proustiens.

J’avais six ans quand mes parents se sont séparés. C’était donc avec un seul parent à la fois que je découvrais les délices sociales de la «soirée entre amis».

Mais ma famille a toujours été unie. Surtout l’unité familiale formée par ma mère et ses trois fils. Puisque je suis l’enfant unique du deuxième mariage de ma mère, il y a de grandes différences «objectives» entre mes frères et moi. De plus, par diverses circonstances, nous avons souvent été géographiquement distants, les uns des autres. Mais nous avons toujours été unis par des liens filiaux très forts. D’une certaine façon, mes «demi-frères» sont encore plus réellement mes vrais frères que si j’avais été né du même père qu’eux. Leurs amis sont parfois devenus mes amis. Tout ça grâce à ma mère, dont je parle peu parce qu’elle est quasi-sacrée, pour moi. C’est elle qui a soutenu cette cellule familiale. Quiconque parle de familles mono-parentales de façon condescendante n’a pas vécu ce que nous avons vécu.

D’ailleurs, nous avons créé pour nous-mêmes une identité propre. Nous sommes les Enforaks. «En-» pour «Enkerli», le nom de mon père et mon propre nom de famille. Et «-fo-» pour «Thiffault», le nom du premier mari de ma mère et le nom de famille de mes frères. Étant, à l’époque, fan du dessin animé Goldorak, j’ai ajouté le pseudo-suffixe «-rak» au nom d’un robot en blocs Lego que j’avais construit. Pour moi, rien de comparable au noyau familial formé par Marielle Gagnon et ses fils: Christian Thiffault, Pierre Thiffault et Alexandre Enkerli. Les Enforaks, ce fut aussi plusieurs personnes qui ont gravité autour de nous. Si je me rappelle bien, c’est même pour manifester l’acceptation de Catherine Lapierre, celle qui allait devenir ma première belle-sœur, que j’ai bâti et nommé ma construction Lego. Il y eu plusieurs autres Enforaks, y compris une autre Catherine: ma tendre épouse, Catherine Léger.

Oui, je suis nostalgique.

Quoique…

J’ai autant de plaisir maintenant qu’à l’époque, à rencontrer des gens. Et je suis très content d’avoir la chance de converser avec des gens de divers horizons sociaux, culturels, géographiques, idéologiques et professionnels. C’est d’ailleurs plus facile pour moi d’être un papillon social dans l’ère digitale que ça ne l’a jamais été dans mon enfance.

Ma vie familiale et sociale à travers ma famille était surtout heureuse par opposition à ma vie scolaire. J’avais de bonnes notes, les profs m’appréciaient, j’avais l’occasion de développer diverses aptitudes. Mais j’avais énormément de difficulté à me faire des amis. Retour sur le fauteuil: je me suis toujours senti rejeté par mes contemporains. Traité de «maudit Français» à cause de mon accent semi-européen. Mis à l’écart dans le contexte des «sacrements» religieux, puisque contrairement à la quasi-totalité des élèves de mon école primaire, je n’avais jamais été baptisé. Seul «enfant du divorce» à mon école, j’étais une curiosité pour plusieurs, y compris certains membres du personnel. Pacifiste au milieu de bagarreurs, j’avais de la difficulté à me faire respecter. Écrivant «aussi mal qu’un médecin», j’étais la cible d’une attention très particulière. Peu séduisant, je n’avais aucun succès auprès des filles. Bavard, je fatiguais mes congénères. Mes aptitudes scolaires étant bien plus grandes que mes aptitudes sportives, j’avais tout pour me faire détester.

Bref, j’étais seul avec mon moi-même à moi tout seul. Ça te me forme un gars, ça, madame!

Faut dire que, même à la maison, j’étais souvent seul. Entre autres parce que ma mère travaillait à temps plein. Dès l’âge de 9 ans, j’ai commencé à cuisiner et à manger seul, tous les midis de semaine. Puis la maison était vide quand j’y retournais après une journée d’école. Mon frère Christian (qui avait dix-huit ans lors de mon entrée à l’école) ayant quitté la maison familiale assez tôt et mon frère Pierre étant mon ainé de huit ans, je n’avais pas de compagnon de jeu à portée de main. Je passais donc de longues heures seul, dans une immense chambre à coucher, à jouer ou à lire tout en réfléchissant.

Oh, j’ai bien eu des amis. Y compris Frédéric Fortin, avec qui je maintiens de très forts liens d’amitié. Mais j’étais, malgré tout, seul.

«J’écris pas pour me plaindre, j’avais juste le goût de parler

D’ailleurs, ce dont je me rends le plus compte, c’est que j’ai pu bénéficier de tout ça. Non seulement ma solitude m’a «fait les pieds» et je suis désormais heureux d’être seul, mais ça a contribué à me faire vivre des moments fort agréables qui se répètent souvent.

Ce qui a probablement changé le plus, depuis mon enfance, c’est que je n’ai plus le désir d’être populaire. Je veux voir les gens, discuter avec eux. Mais je ne tiens pas à ce qu’ils soient admiratifs à mon égard. Oh, bien évidemment, je veux être apprécié, comme tout le monde. Mais j’aime tout le monde et j’aime simplement rendre le monde heureux.

Le plus mieux de l’affaire, c’est que ça marche assez souvent. Quand on est heureux soi-même, c’est facile de rendre les autres heureux. Et quand on se sent bien dans sa peau, c’est facile d’être heureux soi-même. Et quand on aime les gens, c’est facile de se sentir bien dans sa peau. Et quand on apprend à connaître les gens, c’est facile de les aimer.


Idées jaunes

Vous avez certainement déjà vécu ça. Si si!

Quand une idée négative vous turlupine, vous vous mettez à tout voir en teintes sombres. C’est ce qu’on appelle: «avoir les idées noires». C’est très simple à comprendre puisqu’on a tendance à mettre tous nos problèmes dans le même paquet. On tourne en rond. «Rien ne va plus», mais pas comme au casino.

Maintenant, le contraire, vous connaissez surement, non? Vous réglez un problème puis tout l’édifice d’idées noires que vous aviez tissé s’effondre. Poum!

Eh bien, d’après moi, ça devrait s’appeler «idées jaunes». Pas spécialement parce que la couleur jaune a une connotation particulière. Mais puisque jaune et noir est le contraste le plus marqué, parait-il. De toutes façons, appeler ça «idées blanches», ça me convient pas trop.

Sais pas trop pourquoi… 😉