Tag Archives: Catherine Léger

Keeping Up With the Loshes

Elizabeth Losh has tagged me:

virtualpolitik: Pieces of Eight

I actually feel honoured. I met Losh randomly, on a rather high-profile blog she contributes to. I simply posted a comment. And here I am, tagged by a high-profile blogger (and, it seems, a very interesting person).

This “meme” seems to be about revealing eight random things about yourself. As silly as this may sound, I like the idea.

What Losh did was pretty neat. She used eight (presumably consecutive tracks on her iPod Shuffle as inspiration for her facts. Since I can’t get coolness points for doing the same thing, I’ll reverse the randomness factor by using Losh’s facts as inspiration for mine. I’ll then associate some music with every fact.

  1. My family has never been into partisan politics and none of us has been very faithful to a political party. I did attend, as a child, a meeting of Parti Québécois during the 1980 referendum. (Stéphane Venne, Le début d’un temps nouveau, Renée Claude)
  2. Though I’m not a sports fan by any stretch of the imagination, the only time in my life I skipped school was to see the parade when the Montreal Canadiens won the Stanley cup in 1986. There was a riot later that day, IIRC. (Dolores Claman, The Hockey Theme)
  3. I listen to a lot of podcasts and I archive episodes that I want to blog about. I only use a very small fraction of those archives. Guess I should find an easy way to nanoblog based on podcast episodes. Too bad iTunes doesn’t have any blogging/sharing feature. (Fabio FZero, Samba do Aeroporto, Gerador Zero)
  4. I pretty much never had a hero. My role models have been my mother, my paternal grandmother, and my wife. No wonder my “PersonalDNA” has me at the 72th percentile for femininity and at the 10th percentile for masculinity. (Claude Dubois, Femme de rêve)
  5. I never got my driver’s license. As surprising as it may sound, not driving hasn’t been so much of an issue for me, even in car-intense parts of the United States. (Tracy Chapman, Fast Car)
  6. The comment I originally left on one of Losh’s blog entries was about addictions. I don’t think that I’m addicted to anything. There’s a number of things I do quite regularly (drink coffee, play solitaire on a PDA, spend time online…) but none of them I ever feel compelled to do. (Robert Palmer, Addicted to Love)
  7. Though I haven’t been baptized, I’m culturally Catholic meaning that I probably behave like a Catholic by mere virtue of having been raised in Catholic Quebec during the end of the Quiet Revolution. (Jacques Brel, Les Flamingants)
  8. Among the first things which tickled my philosophical curiosity was thinking about an infinite universe. I kept thinking about what would lie beyond the Universe. I was quite young (10yo) and didn’t know much about (astro)physics. I still wonder about the grander scheme of things. (Nancy Hamilton/Morgan Lewis, How High The Moon, Ella Fitzgerald)

(Can anyone guess what took me longer while preparing this entry?)
Now, who should follow this meme? Here’s a list of people I’m tagging:

Sydney Hutchinson, Mireille Caissy, Jean Crawford, Yara El-Ghadban, Erin McLeod, Aurora Flewwelling-Skup, Hélène Recule, asphaire

(Notice a pattern, here?)

Let’s see who goes along.

Advertisements

Amitié, fierté

Mes amis, je suis fier de vous! Vous êtes tous fascinants et vous provenez de milieux très différents. On ne peut demander mieux.

Samedi dernier, Catherine et moi avons fêté notre septième anniversaire de mariage. Oui, oui. C’était bien le 7 juillet 2007. Officiellement, nous nous sommes mariés le 4 juillet 2000 à Moncton, au Nouveau-Brunswick. Nous avons célébré la fête de notre mariage à Laval, au Québec, le 8 juillet 2000. L’anniversaire de Catherine est le 2 juillet. Le mien le 10. Donc, ce samedi, 7 juillet 2007, était la journée idéale pour célébrer.

Et nous avons célébré. L’amitié, surtout.

Dans ma famille, nous nous amusons parfois à annoncer, d’un ton sentencieux que «dans la vie, virgule…». Eh bien: «dans la vie, virgule, il est important de bien s’entourer». Je ne saurais être plus fier de ceux qui m’entourent. Des gens de toutes sortes. D’âges divers. De milieux différents. D’intérêts variés. Tous plus intéressants les uns que les autres. «Du bon monde», comme on dit. «Dis-moi qui tu hantes et je te dirai qui tu es». Si mes amis sont une indication de qui je suis, je suis fier comme Artaban.

J’ai abandonné l’humilité, il y a quelques temps. Pas que je me considère mieux que d’autres. Je suis simplement content de ce que je vis et même de ce que je suis. Dans ce cas-ci, je suis réellement fier de notre couple quand à notre capacité à réunir les gens. Nous n’avons eu que très peu de choses à faire pour que des gens puissent se rencontrer et, je crois, avoir du plaisir.

Que voulez-vous, je suis un papillon social. Et je crois sincèrement qu’un papillon social peut avoir un effet intéressant sur les groupes sociaux qui l’entourent.

Et c’est pour ça que j’aime Facebook. Pas nécessairement à cause du système lui-même. Mais parce que plusieurs de mes amis sont venus se lier à moi sur ce réseau, ce qui peut éventuellement permettre à certains d’entre eux de se rencontrer à travers ma présence sur le réseau social virtuel. C’est pas le nombre de connexions qui m’importe. C’est le fait que ces connexions soient si diverses.

Notre anniversaire de mariage était moins achalandé que notre fête de mariage. D’après moi, il y a eu une quarantaine de personnes au total, au lieu des quatre-vingt personnes qui sont venues à notre mariage. Mais ce qui était génial ce samedi, c’était la capacité de tout le monde à se mêler aux autres. Pas de petites cliques, pas d’exclusion. Des gens que je n’aurais jamais cru compatibles qui passent la soirée à discuter. Des tas de petites coïncidences qui lient des amis des Catherine aux miens. Des clins d’oeil et peut-être des amitiés durables.

Si vous me connaissez et que vous ne pouviez pas venir à notre anniversaire de mariage, n’hésitez pas à venir vous ajouter à mes amis sur Facebook. Ou LinkedIn. Ou MySpace. Ou MontrealLinkup, Geni, Classmates, Flickr, LiveJournal, Skype, Flixster, Ringo, WAYN, Del.icio.us, Twitter, Jaiku, Spurl, Plum. Ou tout autre réseau virtuel auquel il vous sied d’appartenir.

Dans tout ça, je dois remercier ma chère Catherine. Non seulement je rencontre des tas de gens grâce à elle, mais c’est avec elle que je peux être moi-même.

Merci!


Une personne extraordinaire

Vraiment, je suis amoureux d’elle.