Tag Archives: émotions

Transparency and Secrecy

[Started working on this post on December 1st, based on something which happened a few days prior. Since then, several things happened which also connected to this post. Thought the timing was right to revisit the entry and finally publish it. Especially since a friend just teased me for not blogging in a while.]

I’m such a strong advocate of transparency that I have a real problem with secrecy.

I know, transparency is not exactly the mirror opposite of secrecy. But I think my transparency-radical perspective causes some problem in terms of secrecy-management.

“Haven’t you been working with a secret society in Mali?,” you ask. Well, yes, I have. And secrecy hasn’t been a problem in that context because it’s codified. Instead of a notion of “absolute secrecy,” the Malian donsow I’ve been working with have a subtle, nuanced, complex, layered, contextually realistic, elaborate, and fascinating perspective on how knowledge is processed, “transmitted,” managed. In fact, my dissertation research had a lot to do with this form of knowledge management. The term “knowledge people” (“karamoko,” from kalan+mogo=learning+people) truly applies to members of hunter’s associations in Mali as well as to other local experts. These people make a clear difference between knowledge and information. And I can readily relate to their approach. Maybe I’ve “gone native,” but it’s more likely that I was already in that mode before I ever went to Mali (almost 11 years ago).

Of course, a high value for transparency is a hallmark of academia. The notion that “information wants to be free” makes more sense from an academic perspective than from one focused on a currency-based economy. Even when people are clear that “free” stands for “freedom”/«libre» and not for “gratis”/«gratuit» (i.e. “free as in speech, not free as in beer”), there persists a notion that “free comes at a cost” among those people who are so focused on growth and profit. IMHO, most the issues with the switch to “immaterial economies” (“information economy,” “attention economy,” “digital economy”) have to do with this clash between the value of knowledge and a strict sense of “property value.”

But I digress.

Or, do I…?

The phrase “radical transparency” has been used in business circles related to “information and communication technology,” a context in which the “information wants to be free” stance is almost the basis of a movement.

I’m probably more naïve than most people I have met in Mali. While there, a friend told me that he thought that people from the United States were naïve. While he wasn’t referring to me, I can easily acknowledge that the naïveté he described is probably characteristic of my own attitude. I’m North American enough to accept this.

My dedication to transparency was tested by an apparently banal set of circumstances, a few days before I drafted this post. I was given, in public, information which could potentially be harmful if revealed to a certain person. The harm which could be done is relatively small. The person who gave me that information wasn’t overstating it. The effects of my sharing this information wouldn’t be tragic. But I was torn between my radical transparency stance and my desire to do as little harm as humanly possible. So I refrained from sharing this information and decided to write this post instead.

And this post has been sitting in my “draft box” for a while. I wrote a good number of entries in the meantime but I still had this one at the back of my mind. On the backburner. This is where social media becomes something more of a way of life than an activity. Even when I don’t do anything on this blog, I think about it quite a bit.

As mentioned in the preamble, a number of things have happened since I drafted this post which also relate to transparency and secrecy. Including both professional and personal occurrences. Some of these comfort me in my radical transparency position while others help me manage secrecy in a thoughtful way.

On the professional front, first. I’ve recently signed a freelance ethnography contract with Toronto-based consultancy firm Idea Couture. The contract included a non-disclosure agreement (NDA). Even before signing the contract/NDA, I was asking fellow ethnographer and blogger Morgan Gerard about disclosure. Thanks to him, I now know that I can already disclose several things about this contract and that, once the results are public, I’ll be able to talk about this freely. Which all comforts me on a very deep level. This is precisely the kind of information and knowledge management I can relate to. The level of secrecy is easily understandable (inopportune disclosure could be detrimental to the client). My commitment to transparency is unwavering. If all contracts are like this, I’ll be quite happy to be a freelance ethnographer. It may not be my only job (I already know that I’ll be teaching online, again). But it already fits in my personal approach to information, knowledge, insight.

I’ll surely blog about private-sector ethnography. At this point, I’ve mostly been preparing through reading material in the field and discussing things with friends or colleagues. I was probably even more careful than I needed to be, but I was still able to exchange ideas about market research ethnography with people in diverse fields. I sincerely think that these exchanges not only add value to my current work for Idea Couture but position me quite well for the future. I really am preparing for freelance ethnography. I’m already thinking like a freelance ethnographer.

There’s a surprising degree of “cohesiveness” in my life, these days. Or, at least, I perceive my life as “making sense.”

And different things have made me say that 2009 would be my year. I get additional evidence of this on a regular basis.

Which brings me to personal issues, still about transparency and secrecy.

Something has happened in my personal life, recently, that I’m currently unable to share. It’s a happy circumstance and I’ll be sharing it later, but it’s semi-secret for now.

Thing is, though, transparency was involved in that my dedication to radical transparency has already been paying off in these personal respects. More specifically, my being transparent has been valued rather highly and there’s something about this type of validation which touches me deeply.

As can probably be noticed, I’m also becoming more public about some emotional dimensions of my life. As an artist and a humanist, I’ve always been a sensitive person, in-tune with his emotions. Specially positive ones. I now feel accepted as a sensitive person, even if several people in my life tend to push sensitivity to the side. In other words, I’ve grown a lot in the past several months and I now want to share my growth with others. Despite reluctance toward the “touchy-feely,” specially in geek and other male-centric circles, I’ve decided to “let it all loose.” I fully respect those who dislike this. But I need to be myself.


L’intellectuel s’assume

Le personnage de l’intellectuel(le) mérite bien son petit billet. D’autant que son identité est venue se loger à plusieurs reprises dans ma vie, ces derniers temps.

(Pour simplifier, et par référence à un contexte universaliste, j’utiliserai le terme «intellectuel» au masculin comme s’il était neutre.)

Oui, bien entendu, je suis moi-même un intellectuel et je m’assume en tant que tel. D’ailleurs, j’ai d’abord pensé intituler ce billet «Confessions d’un intellectuel solidaire» ou quelque-chose du genre. Mais la formule «Confessions d’un <nom><adjectif>» est déjà assez fréquente, sur ce blogue. Et je ne pense pas seulement de façon introspective à ce personnage.

D’ailleurs, c’est en lisant certains trucs au sujet de la fameuse Affaire Dreyfus que m’est venue l’idée d’écrire un billet sur la notion d’«intellectuel». Il s’avère que l’adoption du terme «intellectuel» pour désigner une certaine catégorie d’individu puisse dater de la France de la fin du XIXè siècle, y compris dans son usage anglais. Cette période historique m’a fortement influencé, surtout par la lecture de divers écrivains français de l’époque. Mais c’est moins par désir de reconstituer une réalité historique que je me mets à parler d’intellectuel que par intérêt pour la construction de personnages sociaux, quels qu’ils soient. Penser au fait que l’intellectuel est construit me permet de remettre en contexte social un ensemble de réalités qui m’apparaissent intéressantes. Surtout qu’elles peuvent facilement être liées à la «culture geek» qui m’intéresse tant, en plus de me toucher directement.

Évidemment, ce n’est pas la première fois que l’intellectuel comme personnage se retrouve sur ce blogue. Mais le contexte semblait particulièrement approprié, aujourd’hui.

Faut dire que je suis allé à un petit brunch avec des amis du primaire. Ça ne surprendra personne de savoir que ces amis me considéraient déjà comme un intellectuel à l’époque. Pas qu’ils aient utilisé le terme. Mais l’étiquette était là. Sauf que, contrairement à ce que j’ai ressenti il y a près de trente ans, cette étiquette n’était pas la base d’un rejet.

D’ailleurs, je pense souvent à la théorie de l’étiquetage. Elle était même présente dans un cours de sociologie que j’enseignais l’été dernier. Pour simplifier: les étiquettes qui nous sont collées ont des implications durables dans nos agissements sociaux. Ou, pour citer Howie Becker selon un dictionnaire suisse:

Le comportement déviant est ce que les gens étiquettent comme tel ; le déviant est celui à qui on a réussi à coller cette étiquette

(Évidemment, j’étends la notion d’étiquetage hors de la déviance au sens strict.)

Dans ce contexte, le comportement d’intellectuel est celui qui est étiquetté comme tel. L’intellectuel est celui à qui on a réussi à coller cette étiquette.

Version personnelle (que j’ai même eu l’occasion d’exposer à un ami du primaire): je me comporte en fonction de l’étiquette d’intellectuel qui a été posée sur moi, dès le jeune âge. Pas que cette étiquette est abusive: elle colle parce qu’elle trouve une surface qui s’y prête. Mais le personnage de l’intellectuel n’est pas naturel, universel, atemporel ou dénué d’ambiguïté.

Parlant d’ambiguïté, faudrait penser à le définir, cet intellectuel.

Selon Wikipedia:

Un intellectuel est une personne qui, du fait de sa position sociale, dispose d’une forme d’autorité et s’engage dans la sphère publique pour défendre des valeurs.

Pas mal. C’est un peu la base de mon premier billet sur les intellectuels. L’engagement public prend diverses formes et on comprend le lien avec l’Affaire Dreyfus.

Mais les usages communs du terme (et d’«intellectualisme» et “intellectualism“) semblent aller dans diverses autres directions. D’abord, la notion d’une intelligence «supérieure» (que les cognitivistes relativisent si bien mais qui semble consensuelle, socialement). Cette perception de l’intelligence est liée à une forme d’élitisme, l’intellectuel fait partie d’une élite particulière et exclue parfois ceux qui n’en font pas partie. Puis il y a la notion de «rationalité», l’intellectuel conçu comme étant «loin de ses émotions». Ou la maladresse et le manque d’aptitudes manuelles, le terme «intellectuel» alors utilisé pour exprimer un certain mépris. Pour aller plus loin, on peut même dire que le fait de souscrire à un certain dualisme «corps/esprit» est souvent teinté d’«intellectualisme».

Ces dénotations et connotations me semblent toutes appropriées pour décrire un type précis d’intellectuel: le «geek» (j’aime bien «geekette» pour le féminin; il y a relativement peu de femmes geeks). Le personnage du geek est une part important du stéréotype contemporain lié à l’intellectuel. Contrairement au «nerd» des années 1980, le geek a désormais une place de choix au sein de la culture populaire. Et la réhabilitation du geek constitue un mouvement contraire à une vague d’anti-intellectualisme très patente aux États-Unis et dans d’autres sociétés post-industrielles.

Penser au geek en tant qu’intellectuel permet de situer le personnage dans son contexte social. D’un point de vue professionnel, le geek typique est souvent ingénieur, informatien ou scientifique. Le contexte scolaire a souvent accordé beaucoup d’importance aux notes qu’il obtenait. Il est peut-être très apte à entreprendre diverses activités manuelles, il peut même «travailler de ses mains autant que de sa tête», mais son intellect demeure valorisé. C’est «un cerveau», un “brainiac”. Pas que son «niveau d’intelligence» est nécessairement plus élevé que la moyenne, mais le type particulier d’intelligence qui le caractérise correspond largement à l’idée qu’on se fait généralement du «quotient intellectuel»: capacité d’abstraction, sens logique, rapidité à résoudre des équations ou à se remémorer une information, minutie…

Pour revenir à la construction sociale du personnage de l’intellectuel. Malgré certaines transformations au cours du dernier siècle, l’intellectuel conserve un statut social particulier. Dans un modèle d’économie politique (à la fois dans sa version capitaliste que socialiste), l’intellectuel fait partie d’une espèce de classe sociale avec ses caractéristiques particulières. C’est un type de «col blanc» qui ne fait pas un travail très routinier. C’est aussi l’individu qui bénéficie du privilège lié à l’éducation post-secondaire dans les sociétés post-industrielles. C’est celui qui a le loisir de lire et de parfaire son apprentissage. C’est le public-cible de «La Culture», au sens raffiné du terme. C’est peut-être même un snob, un personnage hautain, l’opposé du «vrai monde».

Et c’est là que le mode introspectif me fait réagir: je suis peut-être un intellectuel, mais je suis pas snob. Si je suis «anti-» quoi que ce soit, c’est anti-snob. Et je ne considère pas l’intellectuel comme plus intelligent qu’un autre. Je considère surtout l’intellectuel comme une création des sociétés post-industrielles, basées sur la division pointue du travail social. Même que, ce snobisme, c’est ce qui me dérange le plus du fait d’être intellectuel. C’est probablement pour ça que, même si je m’assume comme intellectuel, je tente souvent d’effacer cette étiquette. «Je suis un intellectuel mais je suis aussi un bon gars.»

Dans mon cas, le fait d’être considéré comme un intellectuel a beaucoup de lien avec mon éloquence perçue. On m’a toujours considéré comme éloquent. Enfant, déjà, je «parlais bien». Du moins, c’est ce qu’on a dit de moi (pas plus tard qu’aujourd’hui). Bon, d’accord, comme l’art oratoire a toujours été valorisé dans ma famille, j’ai probablement été porté à m’amuser avec le verbe. Aussi, je lisais déjà beaucoup, enfant. Et j’écrivais: à l’âge de dix ans, je tapais à la dactylo un petit texte au sujet de la perfection (qui semble logiquement impossible puisqu’elle est une absence de défaut). Et j’avais l’occasion de m’exprimer. Auprès d’adultes, surtout.

D’ailleurs, c’est probablement un point très important. Tout jeune, j’avais des rapports assez étroits avec plusieurs adultes (des amis de mes parents, surtout). J’étais souvent le seul enfant parmi de nombreux adultes. Plusieurs d’entre eux étaient profs (comme mon père). On m’écoutait avec intérêt. Dans une certaine mesure, j’étais presque pavané comme un animal de cirque qui pouvait discourir sur tout et sur rien. Mon père a souvent parlé de tout ça comme d’un problème fondamental. Peut-être par extension, mon étiquette d’intellectuel était perçue comme un problème. Fondamental.

Je considère aujourd’hui que je me suis bien développé. Je suis ce que j’ai toujours voulu être et je peux parfois faire ce que j’ai toujours voulu faire. Je devrais pas avoir honte.

D’être un intellectuel.